mallorca-islands-seminar

«Comment les politiques nationales ou européennes peuvent-elles permettre aux îles d’être plus accessibles et mieux connectées ?» tel était le principal thème abordé par les Régions insulaires de la CRPM lors du séminaire du 17 octobre 2016 à Palma (Iles Baléares, Espagne). 

“La survie de l’économie d’une île dépend de sa connectivité”. Il s´agit une citation reprise de débats au Royaume-Uni sur l’utilité de construire une nouvelle piste à l’aéroport d’Heathrow – qui s’est avérée être une très bonne synthèse des discussions de ce séminaire.

Or Heathrow est l’aéroport le plus fréquenté d’Europe, alors que les Régions insulaires de la CRPM souffrent d’une faible connectivité et d’un réel manque d’accessibilité en termes de fréquence, de durée et de coût de transport. Si, comme le suggère cette citation, le Royaume-Uni a besoin de davantage de connectivité, que dire alors des îles éloignées qui souffrent d’une véritable insularité ? Lors de ce séminaire, la CRPM et ses Régions insulaires ont rappelé combien il est important pour elles que leurs voix et les problèmes auxquels elles sont confrontées soient entendus au niveau européen.

La réunion, co-organisée par la Commission des Iles de la CRPM et le Gouvernement des Iles Baléares, a permis à la Commission des Iles de rappeler sa position et de plaider pour des principes d’accessibilité et pour des Politiques de transport de l’UE plus favorables aux îles. 

 

A cette occasion, les Régions ont échangé idées et points de vue avec Brian Simpson, Coordinateur européen des Autoroutes de la Mer (AdM), et elles ont fait valoir que l’accessibilité doit devenir un pilier des autoroutes de la mer. En réponse, le Coordinateur européen a exprimé sa volonté d’« ouvrir largement la porte » aux Iles dans la version finale du Plan Détaillé de Mise en œuvre des Autoroutes de la Mer, qu’il présentera en juin 2017.

Les Régions insulaires ont aussi abordé la question du transport maritime, plus lent et plus cher que le transport terrestre, rendant ainsi leur accès plus difficile et plus coûteux. Ce surcoût a un impact sur la compétitivité des Iles et sur la facilité de déplacement des résidents.

Sur ces bases, les Régions insulaires ont réaffirmé leur besoin de mécanismes de compensation adaptés à leur situation et à leur géographie ainsi qu’à la saisonnalité, aussi bien pour le transport Ile-Continent que pour le transport inter-insulaire dans le cas d’insularité multiple. Parmi les mécanismes proposés, on peut mentionner « l’équivalent tarifs routiers » pour le transport maritime et un tarif unique pour le transport aérien entre les Iles d’un archipel.

Ces mécanismes amélioreraient l’accessibilité des îles d’un archipel, des résidents et favoriserait les échanges commerciaux, dans le cadre d´un usage rationnel des fonds publics.

Lors de ce séminaire, les Régions insulaires ont aussi plaidé pour une prise en compte d’une dimension territoriale dans des critères d’évaluation des projets du MIE. Elles ont déclaré que les obligations de service public international ou tout autre mécanisme doivent garantir la connectivité entre les îles d’états membres différents. Pour ce qui concerne les liaisons vers les pays tiers, les îles ont demandé la réintroduction des aides pour de nouvelles voies maritimes et des aides pour de nouvelles liaisons aériennes.

Plus d’informations sur le séminaire ICI