La politique de cohésion répond aux priorités de l’UE, mais doit être modernisée, tel est le message que retient la CRPM d’une grande conférence organisée à son initiative. 

En partenariat avec la Direction générale de la politique régionale de la Commission européenne (DG REGIO), la CRPM a organisé une grande conférence à Bruxelles le 13 octobre en vue d’examiner le rôle clé de la politique de cohésion pour l’avenir de l’Union européenne.

dg-regio-cpmr-conference_10-2016-2 À l’aide d’exemples concrets présentés par les régions membres de la CRPM, la conférence visait à démontrer le rôle que joue la politique de cohésion à plusieurs égards : répondre aux priorités de l’UE, améliorer les conditions d’investissement et parvenir à une cohésion territoriale, économique et sociale. 

Trois principaux messages sont ressortis des discussions engagées au cours de la conférence. Premièrement, la politique de cohésion répond aux priorités de l’UE et doit être modernisée. La nécessité de s’assurer que le discours est réaliste et que la description est adaptée et conforme au Traité de l’UE ont par ailleurs été soulignées. 

Deuxièmement, le lien entre la politique de cohésion et le semestre européen devrait davantage être perçu dans la perspective d’une interaction plutôt qu’un soutien de la politique de cohésion au semestre européen. L’idée de renforcer la dimension territoriale du semestre européen a été mentionnée comme un moyen d’aller de l’avant. 

Troisièmement, les « conditionnalités ex ante » pourraient s’avérer vitales pour la politique de cohésion en ce qui concerne le renouvellement pour la période post-2020. La plus connue des conditionnalités ex ante au niveau régional – les stratégies de spécialisation intelligente – est l’une des réussites de la politique de cohésion. 

Il a également été confirmé que les régions sont des acteurs de l’innovation et des intermédiaires facilitant l’invedg-regio-cpmr-conference_10-2016-3stissement privé avec l’aide de la politique de cohésion. Les fonds structurels font souvent office de fonds d’amorçage et permettent de développer des projets dans tous les types de régions, tout en répondant aux priorités de l’UE.  

Concernant les régions insulaires, la Commission européenne estime que les caractéristiques et défis spécifiques que présentent leurs territoires ne nécessitent pas une attention particulière, du fait que la situation de chaque île est bien différente.  

Les participants étaient unanimes sur le fait qu’il y a encore des améliorations significatives à apporter pour renforcer la visibilité de la politique de cohésion

dg-regio-cpmr-conference_10-2016-4La CRPM, les représentants de la Commission européenne et le Comité des régions ont souligné qu’il est crucial pour la politique de cohésion de développer une stratégie de communication solide et d’accroître sa visibilité.

Au total, 42 régions membres de la CRPM ont participé à la conférence. La commissaire à la politique régionale, Corina Creţu, ainsi qu’Enrico Rossi, président de la région Toscane et vice-président de la CRPM en charge de la politique de cohésion, ont pris la parole lors de la conférence. Consulter l’ordre du jour et la liste des intervenants de la conférence