Une délégation de la CDI rencontre Gabrijela ŽALAC, Ministre du Développement régional et des fonds européens de Croatie…

//Une délégation de la CDI rencontre Gabrijela ŽALAC, Ministre du Développement régional et des fonds européens de Croatie…

… et demande la pleine reconnaissance du fait insulaire en tant que priorité majeure de l’Union européenne pour l’après 2020

Une délégation de la Commission des Îles de la CRPM s’est déplacée à Zagreb le 11 juillet afin de rencontrer Gabrijela ŽALAC, la ministre croate du développement régional et des fonds européens, pour soutenir la pleine reconnaissance du fait insulaire en tant que priorité majeure de l’Union dans le cadre de la présidence du Conseil de l’UE (janvier-juin 2020).

La Commission des Îles (CDI) vise à assurer une pleine application des principes inscrits dans l’article 174 du Traité qui reconnaît qu’une «attention particulière est accordée aux Régions qui souffrent de handicaps naturels ou démographiques graves et permanents» telles que les îles. Certaines îles européennes (8), du fait de leur statut de régions ultrapériphériques, bénéficient de mesures spécifiques étant donné leur situation géographique unique, selon les dispositions prévues par l’article 349 du Traité. Cependant, il n’existe pas de telles mesures pour les territoires insulaires en Europe qui ne sont pas des régions ultrapériphériques.

Dans ce contexte, l’objectif de la réunion était de présenter les propositions de la CDI pour une meilleure prise en compte des besoins et des atouts des territoires insulaires, en particulier dans la future politique de cohésion 2021-2027, et d’échanger sur de potentielles opportunités de collaborations sur la problématique insulaire entre la Commission des Îles et les institutions de l’UE, les États-membres et le gouvernement croate lors de sa présidence du Conseil de l’UE début 2020.

La délégation de la CDI était composée du Président de la Commission des Îles de la CRPM et Président du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, de Marie-Antoinette Maupertuis, membre du Comité européen des Régions, Conseillère exécutive de Corse chargée des affaires européennes, et de Giuseppe Sciacca, Secrétaire exécutif de la CDI.

Cette rencontre avec la Ministre Žalac a eu lieu alors que la Croatie se prépare pour la première fois à présider le Conseil de l’UE. En tant qu’État membre directement concerné par les problématiques liées à l’insularité, la Croatie a activement contribué à répondre à ces défis dans le cadre de son droit interne, à travers l’adoption d’un Island Act en 1999, 2002 et 2006.

Le gouvernement croate aura également l’importante responsabilité de mener à bien des négociations cruciales sur l’avenir du budget de l’UE et de la politique de cohésion pour la période après 2020.

Les échanges ont porté sur les principaux points suivants:

  • Initier des pistes d’actions concrètes pour atteindre les objectifs du Traité inscrits à l’Article 174;
  • Lors des négociations sur la politique de cohésion 2021-2027, soutenir l’introduction de mesures spécifiques portant une attention particulière aux îles ;
  • Faciliter et renforcer la participation des membres de la Commission des Îles de la CRPM aux travaux et réunions du Conseil lors de la Présidence croate portant sur des sujets d’importance prioritaire pour les îles tels que l’énergie, la politique de cohésion ou le tourisme durable.

À l’issue de la rencontre, le Président de la Commission des Îles de la CRPM, Gilles Simeoni a déclaré: «Nous avons plaidé pour que la Croatie, qui est un État membre particulièrement concerné par le fait insulaire et attentif à la prise en compte de celui-ci, prenne à bras le corps cette problématique à l’occasion de son accès à la présidence du Conseil de l’UE, à compter du 1er janvier 2020. Nous avons proposé que cette prise en compte se traduise par la définition d’un volet insulaire dans le cadre de la politique de cohésion européenne et par l’introduction d’une clause d’insularité dans les politiques publiques de l’UE. Nous avons également demandé que la question de l’insularité soit inscrite à l’agenda européen, à travers des évènements et des procédures de dialogue consacrés à ces thématiques. Nous avons acté avec Mme la Ministre une méthode de travail pour approfondir ces perspectives et les concrétiser au mieux dans les prochains mois».

La Ministre Gabrijela Žalac a ajouté: «Sur le budget de l’UE, il nous semble primordial d’arriver le plus rapidement possible à un accord pour que les autorités régionales et locales puissent préparer au mieux le début des programmes européens en janvier 2021. Nous serons également attentifs pour que les enjeux des îles de l’UE soient bien pris en compte lors des négociations avec les autres États membres».

Plusieurs réunions de travail sont programmées dans les semaines à venir.

2019-07-17T14:21:31+00:00